Comment je ne suis pas devenu ami avec un marocain

Ecrit le 20 Mar 2015

J’ai décidé de commencer l’année 2015 en me rendant pour la première fois en Afrique du Nord. Le Maroc a été un choix facile, c’était la destination la moins chère depuis Paris (200 euros l’aller-retour). Je suis parti accompagné d’un de mes meilleurs potes, Léopold, qui suite à un séjour au Liban de 6 mois, a le plaisir et la chance de pouvoir parler arabe. Pratique pour discuter avec les locaux.

marocDès notre arrivée à l’aéroport, nous décidons de marcher afin de nous rendre à Marrakech à pied (située à plus ou moins 6km). Les taxis ne comprennent pas vraiment notre décision, car cela coute pratiquement rien que de rejoindre le centre-ville. Il est 10h du matin, notre Riad (auberge de jeunesse) nous attend à partir de 14h, autant prendre son temps, et profiter du soleil marocain.

Cette marche de deux heures est un vrai régal, nous sommes super excités. Nous traversons un premier village, où les gens sont peu habitués aux touristes. Je suis émerveillé par tout ce que je vois, et je ressens un énorme sentiment de liberté. En effet, c’est le premier pays de mon tour du monde.  Je découvre un Léopold ravi de retrouver la culture arabe et qui n’hésite pas à discuter avec toutes les personnes qui nous abordent.

Après deux heures de marche, nous finissons par franchir les remparts de la forteresse de Marrakech. Nous déambulons dans le souk. Nous sommes des « blancs » et tous les vendeurs nous interpellent ! À la tombée de la nuit, un jeune homme nous invite à prendre le thé, afin d’échanger sur nos cultures. Bien qu’un peu méfiants, nous acceptons avec plaisir et nous nous retrouvons entassés dans son magasin. Il s’appelle Samir, il ne parle pas français et il est réparateur de télévision. Le courant passe 😀

Maroc

Nous allons par la suite passer des moments exceptionnels en sa présence, accompagnés par de multiples fous rires sur nos incompréhensions de langages. Nous partagerons à 8 mains un tajine dans le magasin de cuir de son voisin. Je découperai des peaux de chèvre pour réaliser des sacs à main. Dans son salon, nous mangerons un couscous préparé par sa mère. Nous découvrirons les plaines marocaines suite à une longue escapade en compagnie d’un de ses amis. J’aurai le plaisir de monter sur un âne errant.

maroc-5

Nous assisterons à un magnifique coucher de soleil. En compagnie de son oncle, nous préparerons un tajine et le dégusterons autour d’un feu de bois improvisé. Nous trinquerons tous ensemble avec un alcool fait maison (Putin, ça arrache !).

On a vraiment vécu des choses de dingue !

maroc-6

Pour chaque activité, Samir nous demande de l’argent afin qu’il puisse payer le vendeur (essence, bouffe, alcool, herbe, etc). Samir n’a rien à débourser. Nous faisons en sorte de dépenser toujours un peu plus, afin qu’il se fasse un peu d’argent dessus. Dans le souk, nous achetons différents cadeaux (ceinture, djellaba, service à thé,..) via Samir, qui une fois de plus prend sa commission. Ça fait partie du jeu. Cela nous parait entièrement logique et ne remet pas en cause notre amitié naissante.

J’aurai aimé que cette histoire se termine ici. Malheureusement, ce n’est pas le cas.maroc-2

Le dernier soir, en nous quittant, Samir nous a demandé 50 euros. Alors oui, ce n’est pas une grande somme pour nous, mais le symbole de demander de l’argent pour le temps qu’il nous a accordé, a définitivement tout changé.

Quelle claque et quelle déception. L’impression de s’être fait rouler dans la farine. Le sentiment d’avoir été manipulé. Tout ce qu’on venait de vivre avec Samir n’était qu’une illusion, et n’avait qu’une finalité : se faire de l’argent sur notre dos.

Nous pensions être devenus amis. Mais nous étions finalement dans une relation marchand /client. Je ne t’en veux pas Samir, car je suis persuadé que tu ne te sois pas rendu compte de la portée de ton acte, mais pour nous, ça a tout cassé.

J’ai vécu ma première désillusion amicale, c’était le 6 janvier 2015 au Maroc.

Avec le recul, et en regardant les photos / vidéos, je garde tout de même de très bons souvenirs de cette escapade marocaine.

PS : Samir n’est pas le vrai prénom.

Un commentaire, une question pour le Capitaine ?

A propos de l'auteur : Capitaine Rémi

Un presque trentenaire baroudeur qui partage sa passion du voyage.
Je vagabonde depuis des années et je suis actuellement en tour du monde pour 2 ans minimum. Je réalise des défis aux 4 coins de la planète et t’encourage toi aussi à vivre tes rêves !

En savoir plus

Et aussi sur : Twitter - Facebook - Instagram

5 Comments

  1. Planete3w 22 mars 2015 à 9 h 33 min - Reply

    Pour ton prochain séjour au Maroc, je te conseille d’aller faire un tour à Fès qui est une ville plus authentique et moins tournée vers le tourisme que Marrakech. C’est vrai que ce genre de réaction est décevante et qu’elle ternie considérablement le voyage.

  2. tunimaal 24 mars 2015 à 15 h 46 min - Reply

    Quand je lis ton récit, j’ai envie de dire « c’est la vie » et de prendre ça avec philosophie. ^^

  3. JDroadtrip 5 juin 2015 à 11 h 04 min - Reply

    Comment déchanter en 2secondes… mais bon le Maroc c’est ça, se faire rouler dans la farine :p
    Son dernier article : J’ai testé l’hébergement Studio Neraida à Santorin

  4. Cyn 19 octobre 2015 à 10 h 51 min - Reply

    Ça arrive constamment en Inde aussi…
    On a beau « le savoir », ça fait toujours de la peine surtout quand on se retrouve face à des personnes attachantes…

  5. Ismail 5 septembre 2016 à 3 h 02 min - Reply

    Bonjour,

    chaque pays ou vous allez vous allez trouver des gens comme ça, peu importe le pays.
    c’etais mieux d’aller en hotel et de se payer une fortune.
    Samir est un homme qui n’a ni boulot ni rien, il vous a fait decouvrire les villes et il s’est comporter bien avec vous. et si il vous a demander 50euro car il en a besoin.
    pour finir vous avez choisis la mauvaise personne. et ne comparez surtout pas un pays avec un citoyen.

Ecrire un message

CommentLuv badge


S'abonner à la Newsletter du Capitaine :

Rechercher sur le site

Devenons amis !