CUBA 08 : particularité de mon auberge cubaine

Ecrit le 30 Déc 2015

08-cuba-juan

C’est marrant comment on s’habitue rapidement à un endroit et comment on se l’approprie. Ma première semaine à Cuba avait été loin d’être idéale, et j’avoue que je me sentais pas super bien ici à la Havana tellement les codes sont différents. Mais le temps a fait son travail et l’étonnement que je pouvais avoir face à telle ou telle situation s’évapore peu à peu.

Je vis depuis deux mois dans une Casa Particular à La Havana avec toute une famille, de la grand-mère au fils de 20 ans. Outre le fait que le grand-père, la grand-mère, la mère et le fils dorment dans la même pièce, les relations familiales sont clairement différentes ici.

Voici une sélection perso de quelques moments de vie qui m’ont marqué au sein de cette auberge cubaine.

– Le fils s’amuse à tapoter les seins de la grand-mère. J’avoue que la première fois que j’ai vu ça, j’ai fait de grands yeux. Maintenant, ça me parait presque normal. Imaginez un petit jeune de 20 ans en train de jouer avec les formes de sa grand-mère. Choquant et hilarant à la fois.

– Si quelqu’un est aux toilettes, il continuera de participer à la discussion à travers la porte. Bon, ok les toilettes sont au milieu du salon, mais bon, quand même !? Et puis, ça marche dans les deux sens. Parfois, je suis sur le pot, et ils engagent la discussion avec moi comme-ci de rien n’était.

– Ma famille d’accueil habite au 3ème étage. Plusieurs fois, j’ai vu Teresa acheter du pain, des œufs, du poulet, de la laitue par sa fenêtre. Elle crie le nom du vendeur, celui-ci vient en bas de l’immeuble. Elle lui lance son panier avec une corde et remonte le produit acheté. La livraison n’a jamais été aussi simple.

– J’ai eu la chance de participer aux 20 ans de Juan. Teresa a préparé un repas festif avec poulet, salade de spaghettis mayo/ananas/jambon, flan cubain. Ils ont même acheté un énorme gâteau pour l’occasion. Jusqu’ici tout va bien. Le truc, c’est que le gâteau a été servi en entrée en accompagnement des pâtes ! Incompréhension totale avec les autres expatriés. Bon, apparemment, c’est normal pour Cuba.

– un mexicain de 40 ans, dodu et bien doré, a un peu trop forcé sur la bouteille pour sa première nuit à Cuba. Il est revenu à 23h complètement torché avec une prostituée. Sauf qu’ici, on ne fait pas ce qu’on veut, on est chez Teresa. Elle l’a surpris, a invité la prostituée à partir et a mis le pauvre mexicain sous la douche froide. Le lendemain, il ne faisait pas le fier lors du petit déjeuner. C’est marrant car le mec a quand même la quarantaine et il s’est fait réprimander comme un petit enfant.

– Les sonnettes d’immeuble sont rares ici, et même s’il y en a une, on préférera appeler la personne en criant son nom. Étrangement, ça marche plutôt bien et ça a l’air de ne déranger personne. Ensuite, on envoie la clef par la fenêtre, soit via une corde, soit en la balançant directement.

– Les rapports humains sont plus chaleureux que dans nos pays froids. Ici les marques d’affections sont légions. Entre les mots doux comme mi amor, mi vida (ma vie) ou mi niño (mon enfant), les contacts physiques abondent et on n’hésite pas à ‘toucher’ la personne avec qui on parle. Pas de quoi se sentir agresser, c’est naturel dans toute l’Amérique Latine.

C’est tout pour aujourd’hui 🙂

Un commentaire, une question pour le Capitaine ?

A propos de l'auteur : Capitaine Rémi

Un presque trentenaire baroudeur qui partage sa passion du voyage.
Je vagabonde depuis des années et je suis actuellement en tour du monde pour 2 ans minimum. Je réalise des défis aux 4 coins de la planète et t’encourage toi aussi à vivre tes rêves !

En savoir plus

Et aussi sur : Twitter - Facebook - Instagram

2 Comments

  1. nom 30 décembre 2015 à 13 h 28 min - Reply

    La salade pates jambon ananas est appellée ensalada fria. Ca se prépare à chaque fête, que ce soit un anniversaire ou autre. Cela est toujours servi en meme temps que le gateau, ça fait partie de « l’assiette », donc on aura le cake, ensalada fria, cangrejoitos, empanadilla, croqueta etc tout sur la meme assiette au meme moment. C’est loin d’être une bizarrerie, c’est une tradition.
    Cela revient au meme avec le plat chaud, où l’on sert tout ensemble.
    A Cuba ils ne sont pas fan du service à la russe que l’on utilise en France.
    Je pense avoir éclairé cette incompréhension totale 🙂

  2. Cynthia Castelletti 30 décembre 2015 à 14 h 21 min - Reply

    Ah le panier avec la corde par le balcon, on fait ça aussi en Italie, en tout cas dans le sud! D’ailleurs, c’est le même principe: le vendeur passe en bas (généralement avec son « trerrote » Piaggio), on crie du balcon, on met l’argent dans le panier qu’on descend avec la corde, le vendeur met les produits dedans et on remonte tout ça! C’est un truc qui m’amuse depuis toute petite! 🙂
    Son dernier article : Mandalay: hâte de m’en aller

Ecrire un message

CommentLuv badge


S'abonner à la Newsletter du Capitaine :

Rechercher sur le site

Devenons amis !