Faire de l’auto-stop à Bali

Ecrit le 17 Août 2015

Bali Autostop

Nous venons d’avorter notre randonnée sur le mont Batur et avons pris la décision de redescendre sans notre guide. Celui-ci nous proposait deux choix, continuer de monter à une vitesse folle ou redescendre à notre rythme tout seul. On a choisi la deuxième solution. Le souci, c’est qu’il nous faut désormais attendre la prochaine navette pour rentrer à l’hôtel, se situant à une dizaine de kilomètres. Estimation, deux heures d’attente…

On décide donc de marcher tout en faisant de l’autostop ! Généralement, les voitures s’arrêtent facilement car les conducteurs savent qu’ils peuvent se faire de l’argent facilement. Ils se transforment en taxi le temps d’une course. Mais nous, on veut faire du vrai stop. D’une, on n’a pas le choix car on n’a pas une thune sur nous. De deux, c’est une expérience qui nous tente depuis qu’on a rencontré Jérémy qui fait le tour du monde en autostop.

On tend notre pouce et miracle, la première voiture qui passe est la bonne. On leur dit qu’on n’a pas de cash et ils nous invitent à grimper dans le 4×4. On s’assied à l’arrière et le véhicule démarre. Très rapidement, on s’aperçoit qu’ils ne parlent pas un mot d’Anglais. On tente quelques discussions, mais sans résultat.

Au bout de 5 minutes, la voiture peine à avancer dans une montée et le véhicule tombe en panne… Oui, le moteur chauffe et la fumée blanche qui en sort nous empêche d’avancer. Quelle poisse.

Que faire ? On ne peut pas vraiment les aider, on n’y connait rien en mécanique et impossible d’échanger le moindre mot. On ne sait pas si on doit rester dans la voiture et attendre, ou si on doit continuer à pied… On vient à peine d’embarquer. Se retrouver à l’arrière d’une automobile de parfaits étrangers qui ont eu l’amabilité de nous prendre mais qui malheureusement tombe en panne, c’est assez drôle surtout quand on n’a aucun moyen de communiquer. On choisit d’attendre dans le silence. L’attente fut plus rapide que prévu et nous voilà déjà devant notre hôtel.

On en vient à la conclusion : faire de l’autostop, c’est l’assurance d’avoir une histoire à raconter !

Un commentaire, une question pour le Capitaine ?

A propos de l'auteur : Capitaine Rémi

Un presque trentenaire baroudeur qui partage sa passion du voyage.
Je vagabonde depuis des années et je suis actuellement en tour du monde pour 2 ans minimum. Je réalise des défis aux 4 coins de la planète et t’encourage toi aussi à vivre tes rêves !

En savoir plus

Et aussi sur : Twitter - Facebook - Instagram

2 Comments

  1. Tanned@Conseils aux voyageurs 3 mai 2012 à 21 h 00 min - Reply

    Excellente histoire! Je me souviens de certaines de mes aventures d’autostop bonnes comme mauvaises! Je faisais de l’autostop en Tasmanie la veille du nouvel an! Sur 3 des conducteurs qui m’ont ramené, 2 m’ont offert une bière! Sympa non!

  2. Pyrros 4 mai 2012 à 9 h 29 min - Reply

    il y a un proverbe qui dit les voyages forment la jeunesse. c’est peut dans ce genre de situation que l’on peut se dire « il faut que j’apprenne …  »

    dans ce cas la mécanique et quelques mots du dialecte local 😉

    Une bonne aventure

Ecrire un message

CommentLuv badge


S'abonner à la Newsletter du Capitaine :

Rechercher sur le site

Devenons amis !