Désert au Maroc : M’Hamid ou Merzouga ?

Ecrit le 25 Oct 2018

Si le Maroc est connu pour une chose, ce sont ces déserts faits de dunes de sables sans fin où défilent les caravanes de dromadaires. Le Maroc comporte plusieurs déserts qu’il est possible de visiter et il peut être difficile de faire un choix.

Faut il mieux aller à Merzouga ou à M’Hamid ? Quelles sont les différences et quel est le meilleur désert du Maroc pour faire une randonnée chamelière ? La réponse dans cet article.

Désert Merzouga

Durant la préparation de notre roadtrip au Maroc, nous n’avons pas réussi à faire un choix entre le désert de Merzouga (Erg Chebbi) et le désert de M’Hamid (erg Chegaga). Nous sommes donc allés voir les deux déserts pour essayer deux expériences différentes. Car bien qu’ils s’agissent tous les deux de déserts, ils sont clairement différents.

RAPPEL : Ce billet n’est pas sponsorisé. Nous avons effectué les randonnées chamelières avec notre propre budget.

Le désert de M’hamid (Erg Chegaga)

C’est par le désert de M’hamid que nous avons commencé. Nous avons opté pour une expérience locale et authentique avec « Le chant des Dunes » que nous avions trouvés sur Airbnb. Ces bonnes appréciations et leur réactivité à nos messages nous ont donné confiance.

Nous avons choisi de faire une excursion en dromadaire comprenant une marche à dos de dromadaire, 1 nuit en tente avec le dîner, le petit déjeuner puis le retour en dromadaire.

Détail de l’expédition

En début d’après midi, nous rencontrons Mokhtar, le berbère responsable de l’excursion. Il nous montre la casbah située dans le village à l’entrée du désert. Une chambre nous permet d’attendre le départ prévu à 16h, de prendre une douche et d’y laisser nos affaires. Nous préparons un petit sac pour notre expédition comprenant un pull pour la nuit, ma caméra, du change, mes lunettes de soleil et de quoi se laver les dents.

A 16h, nous rencontrons notre guide Nordine, le cuisinier Moussa, et les 2 dromadaires qui porteront sur leur bosse tout l’équipement pour le bivouac, ainsi que nos 2 corps de touristes. Nous montons sur les dromadaires dans un mélange de joie et dégoût. La joie car c’est un rêve de gosse que de fouler le désert à dos de dromadaire, j’ai le sentiment d’être Aladdin. Mais je me pose aussi mille questions sur l’éthique de cette pratique. Je ne mange pas de viande pour le bien être des animaux et je suis contre l’exploitation animale. Et là, je me retrouve sur la bosse d’un dromadaire sanglé…

Tandis que nos 2 accompagnateurs dirigent la caravane, nous sortons du village puis entrons dans le désert. Le désert, c’est cette zone faite de sables et de roches où quelques cactus poussent. Nous ne sommes pas au milieu des dunes mais sur un plateau aride à la couleur blanchâtre. Nous qui nous attendions à voir des dunes à profusion, nous sommes déçus. Mokhtar le nomade nous expliquera à notre retour que le désert est varié et que ce n’est pas forcément comme dans les films. Il peut être tantôt rocailleux, tantôt sableux, tantôt vallonnés, tantôt plat, les plantes aussi changent d’un endroit à l’autre et c’est tout ça qui fait la beauté du désert de M’Hamid. Quand Mokhtar en parle, on voit dans ses yeux la passion pour sa terre.

Dromadaire maroc

Nous progressons au rythme des chameaux, quittant peu à peu la végétation et nous dirigeant vers les dunes de sable qui nous narguent au loin. Au bout d’une bonne heure, nous y voilà. Nos 2 nomades cherchent un endroit où installer notre campement pour la nuit. On décharge les dromadaires et enlevons leurs mords. Ils vont manger les quelques végétaux environ pendant que nous plantons une grosse tente, lieu où nous dînerons plus tard le délicieux repas préparé sur place par Moussa. La nuit pointe le bout de son œil : une belle demi lune éclatante de beauté. On apprécie les dernières lueurs sur les dunes pendant que Nordine prépare un feu. Il concocte un pain de sable de façon traditionnelle. C’est un pain rond de la taille d’une pizza, cuit dans le sable grâce aux cendres du feu. Impressionnant et riche d’enseignements, c’est notre moment préféré avec Victoria.

https://www.instagram.com/p/BpEThIEll4C/?taken-by=capitaineremi

Nous finissons la soirée à contempler les étoiles avant d’aller nous coucher. Petite déception, nous ne dormirons par dans la tente berbère mais dans une autre tente Igloo que nous montons en 2 minutes. On aurait aimé dormir dans la grande tente mais on n’a pas osé demander.

Le lendemain, nous dégustons le petit déjeuner préparé par Moussa avec le traditionnel thé à la menthe, ainsi qu’une galette marocaine, du pain et de la confiture. C’est copieux et délicieux. Tout le campement est rangé en moins de temps qu’il n’en faut et nous voilà reparti en direction du village. Je fais le choix de marcher à côté des dromadaires pour les admirer. Ces bêtes me fascinent.

Au bout d’une heure, nous voilà déjà de retour à la casbah, une douche pour se laver du sable et c’est déjà fini.

https://www.instagram.com/p/Bo_eILwlGR4/?taken-by=capitaineremi

Tarif désert de M’hamid : 60 euros par personne

Ce prix comprend : déplacement en dromadaire, repas du soir, nuit sous tente, petit déjeuner.

Les plus :

  • expérience authentique se rapprochant de la vie nomade
  • nous étions seuls avec notre guide et n’avons croisé personne
  • La fabrication du pain de sable
  • La gentillesse des guides Nordine et Moussa

Les moins :

  • on aurait aimé avoir plus d’explications sur la vie nomade, les berbères et le désert.
  • Notre guide n’était pas très locace à cause de la barrière de la langue
  • L’aspect du désert qui ne répond pas totalement au fantasme du désert

Je pense que cette expérience est  plus enrichissante en allant se perdre plusieurs jours et plusieurs nuits dans le désert. Car en effectuant un simple aller-retour d’une heure, on ne fait qu’effleurer le désert.

Le désert de Merzouga (Erg Chebbi)

Le désert de Merzouga se situe à 600km de Marrakech, tout à l’Est du Maroc, à la frontière avec l’Algérie. C’est le désert qui répond le mieux à l’imaginaire collectif. Pour nous autre Français, un désert, ce sont des dunes de sables à perte de vue. Et bien le désert de Merzouga, c’est exactement ça : des dunes orangées qui s’étalent sur quelques kilomètres.

Les marocains profitent de ce paysage magnifique pour en faire une activité touristique. Ce sont donc des dizaines de caravanes chamelières qui partent chaque jour s’enfoncer au creux des dunes, mais aussi des quads et autres buggies (Des 4×4 sans portière).

Descriptif de l’expédition

Nous partons du village de Merzouga en fin d’après-midi avec une dizaine de dromadaires et d’autres touristes. Pour ma part, je négocie pour y aller en quad. Ils acceptent monaiant 10 euros de plus. Trop content. J’attends donc mon quad pendant que la caravane part. Un gars débarque avec un quad et m’indique de monter derrière. Grosse déception. Je ne conduirais pas le quad et serai seulement le passager… les boules. Lorsque nous arrivons dans les dunes, j’ai affaire à un taré qui apprécie la vitesse et qui contrôle très bien son engin. Il me fait faire le grand huit, n’hésitant pas à accélérer dans les descentes ! Je fais le plein d’émotions. C’est génial comme sensation, et puis le décors est vraiment paradisiaque. Le kiff est court. En 10 minutes, nous voilà au campement déjà installé. Une dizaine de huttes aménagés avec bougies, tapis, lits et électricité. Nous sommes clairement sur un autre type de prestation. Il y a même des toilettes avec une chasse d’eau… Des planches de surf sont disponibles pour qui veut s’amuser un peu.

https://www.instagram.com/p/BpNNJh4Fpe-/?taken-by=capitaineremi

Je contemple le paysage pendant 1 heure, avant l’arrivée de Victoria et des dromadaires. On se fait surprendre rapidement par le splendide coucher de soleil qui fait jaillir les couleurs orangées. Là, on est bien dans Aladdin !
Vient l’heure du thé et du dîner. Nous mangeons entre touristes assis sur des coussins et tapis. L’ambiance est excellente, le repas un peu moins. Un tajine qui aurait mérité une plus longue cuisson. La soirée se finit par un concert autour du feu avec quelques danses. Ça rit, ça chante, c’est festif et chaleureux. On observe les étoiles quelques dizaines de minutes avant d’aller nous coucher dans notre lit king size.

https://www.instagram.com/p/BpG_LOXFEn4

Le lendemain matin est expéditif. Il n’y a pas de petit déjeuner prévu au campement, mais à la ville. C’est ballot car on doit faire une heure de marche dès notre réveil. On arrive à négocier et rentrerons tous les 2 en quad un peu plus tard. Cela nous laisse le temps de flâner dans le sable et de prendre le petit déj sur place. 

11h, retour à la ville à 3 sur le quad.

Les plus :

  • Un désert de sables ocres et rouges avec des dunes de sable à l’horizon
  • Accueil à l’Européenne
  • Le personnel parle français, anglais, espagnol

Les moins :

  • Excursion entre touristes
  • Le petit déjeuner hors campement

On est plongée dans le désert que l’on connait dans les films et dessins animés : des dunes de sables rouges jusqu’à l’horizon.

Prix du désert de Merzouga : 30 euros par personne + 10 euros pour le quad.

Ce prix comprend la totalité de la prestation : déplacement en dromadaire, diner, nuitée, petit déjeuner.

https://www.instagram.com/p/BpEyKPcl8a2/?taken-by=capitaineremi

Comment aller au désert de Merzouga ?

Il faut compter une journée entière de transport pour y aller depuis Marrakech.

Les articles des amis blogueurs

J’ai regroupé ci-dessous les articles sur le désert marocain écrits par mes potes blogueurs. Des belles photos et des expériences différentes qui t’aideront à faire un choix :

A propos de l'auteur : Capitaine Rémi

Un presque trentenaire baroudeur qui partage sa passion du voyage. Je vagabonde depuis des années et je suis actuellement en tour du monde pour 2 ans minimum. Je réalise des défis aux 4 coins de la planète et t'encourage toi aussi à vivre tes rêves ! En savoir plus

Et aussi sur : Twitter - Facebook - Instagram

2 Comments

  1. Lydia 25 octobre 2018 à 15 h 51 min - Reply

    ça donne vraiment envie d’y aller en tout cas
    Son dernier article : Passez un weekend à Lille ! Nos incontournables

  2. Laurent 25 octobre 2018 à 20 h 43 min - Reply

    Salut Capitaine 🙂
    Un grand pour m’avoir glissé dans cet article 🙂
    J’avais moi-même hésité entre M’hamid et Merzouga, mais n’étant pas motorisé, Merzouga était plus simple pour s’y rendre. J’avais donc pris l’option feignant 🙂
    Son dernier article : Pèlerinage aux temples de Palitana à Shatrunjaya

Ecrire un message

CommentLuv badge


S'abonner à la Newsletter du Capitaine :

Rechercher sur le site

Devenons amis !