Lettre à Mike Horn

Ecrit le 03 Jan 2020

Lettre à Mike Horn

Cher Mike,

O Toi l’Aventurier qui m’a tant inspiré, je dois te confier quelque chose…
Tu m’as déçu au plus haut point !

Je t’admirais, je te lisais, je m’abreuvais de toutes tes paroles. Je t’ai même cité dans tous mes livres, c’est pour te dire à quel point je te vouais un culte.

Rien n’est impossible quand on ose…

Et toi, tu as osé.

Tu as osé dire que tu traversais le pôle Nord pour sensibiliser au réchauffement climatique. Quelle vaste blague ! Tu t’intéresses autant à l’écologie que Macron écoute les gilets jaunes. Tes expéditions n’ont qu’un seul but, satisfaire ton égo. Pourquoi ne pas l’assumer ?

Je t’ai toujours suivi, car tu défendais des idées de dépassement de soi. Pourquoi se greenwasher ? Est-ce pure stratégie marketing, ou une vraie conscience écologique ?

Tu viens de passer 3 mois sur la banquise à t’émouvoir de la fonte des glaces en Arctique. Tu avais le temps de réfléchir aux conséquences de tes actes. N’as-tu pas pensé une seule minute aux actions que tu pouvais mettre en place à ton échelle ? Quand on dit être écolo, il faut être cohérent.

Crier que la planète se réchauffe tout en mangeant un steak animal au pôle nord, ce n’était pas ton meilleur mouv, surtout de balancer ça publiquement quand on est suivi par des millions de personnes. Moi je lis : “je confirme que la planète est déréglée à cause de l’activité humaine, mais je m’en bats les reins, la viande c’est trop bon !!!”

“Ce qui fait fondre la banquise en ce moment au pôle Nord, c’est la testostérone de Mike Horn.” (Aïna Skjellaug)

Et hier, tu annonces que tu vas participer au Dakar, la course automobile qui a lieu en Arabie Saoudite.
WHAT THE FUCK MIKE ? Ça n’a aucun sens.

Tu y vas aussi pour constater que le réchauffement climatique est bien présent dans le désert ?

Notre Monde évolue et la nouvelle génération dont je fais partie, hurle qu’il faut changer nos habitudes si on ne veut pas que notre planète se meure.

Certes, tu es fort et courageux, mais j’en connais d’autres de ton espèce qui m’impressionnent par leur engagement sincère et véritable. Des femmes et des hommes qui en plus de ses qualités font preuve d’une éthique sans faille.

Je crois que notre Monde a besoin de personnes cohérentes.

Je préfère suivre les aventures de mes amis Julien Moreau, Axel Férard ou Violette Duval.

Qui a besoin d’un héros aux convictions zéro ?

Capitaine Rémi


Suite aux commentaires sur Facebook ici.

Aïe Aïe Aïe !

Ma lettre ouverte à Mike Horn a suscité beaucoup de débats, de commentaires, de haine et de love. Un sujet aussi épineux que la viande, les voyages et les émissions de CO², le tout autour d’une idole appréciée de (presque) toutes et tous, ça fait débat, et pas qu’un peu.

J’aime pouvoir débattre et faire avancer mes réflexions. C’est pas facile de donner son avis sans se faire pointer du doigt à son tour, je l’accepte. Et vous avez raison de le souligner, je ne suis pas irréprochable. S’exposer, c’est accepter les critiques. Certaines m’ont fait rire, on peut dire que j’en ai énervé plus d’un. D’autres m’ont touché en plein dans l’mil’, pif paf, ça fait mal.

Et puis, est-ce que Mike a vraiment fait quelque chose de mal ? Ce n’est pas son pauvre bout de viande qui va changer la face du monde, ni sa traversée du désert en voiture lors du Dakar, n’est-ce pas ? J’aurai juste aimé qu’il prenne conscience de son pouvoir médiatique, et à vrai dire, j’avais l’impression que la plupart des gens partageait le même avis que moi.

Que s’enorgueillir de manger un steak dans un milieu désertique (après avoir fini son expédition), était mal venu. Que faire un “Dakar” me semble loin du message d’urgence écologique qu’il voulait faire passer il n’y a même pas 30 jours. Son message d’alerte perd à mes yeux toute crédibilité. Je voulais montrer la dissonance cognitive de Mike Horn et de sa communication.

Et désolé pour les puristes de la viande, mais rien qu’en France, plus de 80% des animaux sont élevés en intensif, dans des cages ou bâtiments dont ils ne peuvent sortir. La production d’un kilo de viande de bœuf consomme 15 000 litres d’eau… Et être végétarien ne signifie pas que je bouffe du soja ou des produits importés. Donc, oui pour moi, manger de la viande industrielle est problématique.

J’ai déçu des gens de donner mon avis. J’ai lu tous vos mots et à y croire, j’aurai du tourner mon stylo sept fois dans ma main avant d’écrire… Critiquer quelqu’un d’autre n’apporte qu’un lot de critiques en retour, et vous vous êtes lâchés.

Il y a le fond, et puis il y a la forme. Est-ce que j’avais à déballer ma déception publiquement contre Mike ? Est-ce qu’elle apporte quelque chose au débat et à la prise de conscience collective ? Et comme me l’a fait remarquer un lecteur, je ne sais rien de Mike Horn, de ces convictions, de ce qu’il pense et de ce qui le fait avancer.

Il y avait d’autres manières de le faire, comme en parler directement avec lui. J’ai certainement choisi la moins bonne, celle de ‘tirer’ sur quelqu’un d’autre. Il est plus simple de regarder l’autre, plutôt que de se regarder soi-même.

L’Aventure et l’écologie me parlent particulièrement. Comment allier les deux ? Comment préserver au maximum notre planète ?

Croyez-moi, j’y réfléchis tous les jours, me documentant et me remettant en question en permanence. Je veux juste être une meilleure personne dans un monde meilleur.

J’ai envie de finir par une citation du commentaire de Terrence :

J’ai cette envie, de toujours mieux faire, c’est pourquoi je ne me permettrais pas de juger une personne sur son inaction, et préférerai l’encourager sur son envie de mieux faire. Je suis certain que Mike Horn a une conscience écologique. Il ne faut pas juger mais encourager.

Sur ce, je vous souhaite une bonne année, pleine de remise en question et de bienveillance.

Rémi


Source : https://www.liberation.fr/france/2018/06/04/porcs-bovins-volailles-la-vraie-vie-de-la-viande-francaise-dans-l-elevage-intensif_1656528

Vous avez aimé cet article, votez :
Nombre de votes : 26 Moyenne : 3.7

A propos de l'auteur : Capitaine Rémi

Aventurier, écrivain et réalisateur de films d'aventure. Je vagabonde depuis dix ans et et réalise des défis aux 4 coins de la planète. Ce qui m'anime : t'encourager toi aussi à vivre tes rêves ! En savoir plus

Et aussi sur : Twitter - Facebook - Instagram - Youtube

One Comment

  1. Gavillet 20 août 2020 à 23 h 24 min - Reply

    Je ne suis pas d’accord avec votre texte.
    M.Horn n’a jamais prétendu être un écologiste, il laisse ceux-ci donner des leçon depuis leur canapé. Lui est unique de par sa discipline et sa résilience. Le Paris-Dakar, pourquoi pas? C’est son affaire.
    Le feu qui brûle dans ses yeux pourrait remplacer n’importe quel anti-dépresseur et jamais je ne pourrai critiquer un homme qui essaie de montrer de quelle façon être heureux.

Ecrire un message

CommentLuv badge