La Réunion à pied : de Aurère à Grand Place – GR r2 (étape 4)

Ecrit le 01 Nov 2017

La traversée de La Réunion à pieds
Étape 4 : de Aurère à Grand Place

Je suis réveillé à 6h du matin par mes compagnons de chambre. A chaque refuge, je dors dans des dortoirs avec lits superposés où l’ambiance est toujours excellente. Ils ont bien essayé d’être discrets mais la pièce faisant 12 mètres carré, forcément le moindre mouvement fait du bruit. Que cela ne tienne, je me lève et pars m’imprégner de la lumière matinale. Le soleil est encore caché derrière les montagnes et je vois progressivement le cirque de mafate revêtir son élégante parure verte au fur et à mesure que l’astre monte dans le ciel. Les ombres se dissipent laissant apparaître le spectacle. La journée s’annonce superbe.

J’ai prévu de partir à 7h15 du matin avec Gaëlle et Clément. Malheureusement je ne suis pas du tout prêt au moment du départ et je préfère leur dire de marcher sans moi. Je n’ai pas envie de me presser surtout que l’étape du jour pour aller à Grande Place est minuscule. 3h30 de marche avec 400m de dénivelés positifs et négatifs, pas de quoi s’affoler.

Je prends mon temps, petit déjeune comme un roi (ca changeait des biscottes de la Roche Écrite), me douche et m’habille. Je teste des chaussettes de contention offerts par mon sponsor CimAlp et galère pour les mettre. J’en ai jamais mis mais apparement cela permet de soulager le bas des jambes en les serrant. Depuis le debut, j’ai des courbatures partout, surtout au niveau des cuisses et des mollets. Je n’ai toujours pas sorti ma genoulliere ce qui est un très bon signe, aucune douleur à déclarer.

Je pars aux alentours de 9h avec le sourire aux lèvres. Je suis heureux d’être là, à La Réunion, et de pouvoir marcher au milieu de décors paradisiaques. Je sais que l’étape est courte et naturellement, cela joue sur mon mental. Je n’aurai pas à affronter d’énorme montée, aujourd’hui ce n’est que du plaisir. J’enchaîne les kilomètres et traverse differents ilets, ces petits hameaux installés au milieu de nulle part. Les habitants y transpirent la joie de vivre. L’électricité vient du soleil, et ils sont approvisionnés par hélicoptères. Je croise une école, une église et plusieurs gites. Pour appater le marcheur, les propriétaires entretiennent leur jardin avec brio et font pousser toutes sortes de fleurs. Cette partie du chemin est bien indiqué avec des panneaux réguliers indiquant les temps de marche des différentes variantes. Il n’y a pas que le GR R2 qui permet de découvrir Mafate.

Au creux d’une faille, la rivière coule et des gens s’y reposent à la cool. Un pont suspendu permet de la passer et il est obligatoire d’y passer seul. Il est court et à moins de dix mètres du sol, pas de quoi avoir peur. Je sors mon drone pour immortaliser le moment. Un groupe d’allemands me dépasse et assiste à mon pilotage hasardeux. Je m’emmêle les manettes et mon engin se coltine un arbre, lui refait une coupe en mode sécateur et arrive à reprendre son envol. J’ai eu chaud.

Passage d'un pont suspendu. Pas serein du tout quand tu vois une stèle juste avant… #LaReunion 👉GO SNAPCHAT : CapitaineRemi

A post shared by Capitaine Rémi 📽🌎 (@capitaineremi) on

Je repars de l’autre côté de la faille et entame une grimpe de 200 mètres avec en arrière plan, le sublime piton Cabris. Je marche, je chantonne, je pense à la chance d’être là et je savoure ce moment.

14h00 et je suis déjà à destination : le gite du pavillon à Grande Place. Je retrouve mon couple d’amis Gaëlle et Clément. On s’était donné rendez-vous pour prendre une dodo, la bière locale et faire la revanche au scrabble. Triste défaite de ma part 🙁

La fin de la journée approche et à 19h, c’est l’heure du diner au gite avec comme d’habitude une grande tablée de randonneurs. Un shot de rhum arrangé pour commencer, puis un diner copieux où je decouvre en entrée une salade de chouchous (un cucurbitacée vert), puis dévore le plat à base de graines (lentilles), de riz et d’un choix de 2 viandes, et finit par un délicieux cake à la banane. A 21h30, tout le monde dort et les 8 allemands de mon dortoir entamment un hymne de ronflements. Heureusement, je suis trop fatigué pour avoir le temps de m’en plaindre.

Demain départ pour Roche plate à 7h ! Cette fois, je vais tout faire pour partir avec Gaëlle et Clément.

Mon journal de bord

Un commentaire, une question pour le Capitaine ?

A propos de l'auteur : Capitaine Rémi

Un presque trentenaire baroudeur qui partage sa passion du voyage. Je vagabonde depuis des années et je suis actuellement en tour du monde pour 2 ans minimum. Je réalise des défis aux 4 coins de la planète et t'encourage toi aussi à vivre tes rêves ! En savoir plus

Et aussi sur : Twitter - Facebook - Instagram

Ecrire un message

CommentLuv badge


S'abonner à la Newsletter du Capitaine :

Rechercher sur le site

Devenons amis !